Search

La nuit blanche à Singapour

Home  |  Lifestyle   |  Voyages   |  Asie   |  La nuit blanche à Singapour

La nuit blanche à Singapour

Après ma semaine à Dubaï et avant de rejoindre Bali pour quinze jours cet été j’ai aussi eu la chance de faire escale à Singapour. Pas question que celle-ci ne durent que quelques heures coincée à l’aéroport, non non non c’est mal me connaître. Singapour m’a toujours attirée je me devais de m’y arrêter. Pour être tout à fait honnête ce n’est pas vraiment cette ville-état qui me faisait fantasmer, mais plus son incroyable hôtel Marina Bay Sands. Il s’agit en effet d’une des rares adresses au monde façon énorme complexe hotelier (930 chambres quand même) dans laquelle j’avais envie dormir une fois dans ma vie. Rêve exaucé, voici le petit récit de ma nuit blanche à Singapour.

On attérit tard dans ce Monaco puissance 4, pour en repartir assez tôt. Vingt-quatre sur place finalement. Une course contre la montre plutôt désagréable quand on est en vacances. Sauf que Singapour c’est un peu le Las Vegas asiatique. Tout va vite et il paraît qu’on peut l’apprécier en très de temps.

On passe la douane et hop dans un taxi qui pour quelques dollars nous emmène direction notre fameux Marina Bay Sands. Par chance nous sommes allégés de nos bagages restés en transit. Après quelques minutes de route seulement on aperçoit l’hôtel au loin. Presque posé sur la mer, il est comme sur les photos : immense. Irréel. Un chef d’oeuvre architectural, tellement achevée à vue d’œil, extraordinaire. Une véritable machine de guerre touristique. Sans doutes possibles. Surpris par les dix minutes de route qui nous séparent de l’aéroport, le chauffeur explique alors que rien n’est jamais très éloigné à Singapour. Clark Quay est à côté, le centre-ville à 10 minutes et surtout de nombreuses activités sont nocturnes. Super, la nuit va être longue !

On franchit le seuil de l’établissement. Waw on dirait un immense hall de gare infini. L’attente pour le check-in est d’ailleurs aussi longue qu’en boutique SNCF j’ai envie de dire. Je n’ai qu’un souhait, en finir avec l’enregistrement et foncer admirer le panorama depuis sa piscine à débordement à 200m d’altitude. Rapidement on comprend pourquoi le Marina Bay Sands est démesurement le nouveau symbole de Singapour. Avec ses trois tours de 50 étages, sa terrasse ensoleillée tout au long de la journée posée à même les tours, ses boutiques de luxe, son jardin suspendu, son spa griffé Banyan Tree et sa vue exceptionnelle à 360° sur la ville, il a tout pour rendre jaloux Dubaï !  Mais surtout le Marina Bay est un quartier entier à lui tout seul avec un centre de congrès, un shopping center de luxe, une multitude de restaurants, souvent de chefs étoilés, un musée d’art moderne, un Zénith local, une patinoire, et évidemment un casino gigantesque. Ajoutez la plus grande boutique Vuitton au monde, posée sur l’eau.

Mais l’expérience ultime est de plonger dans l’infinity pool et nager dans les nuages, au dessus des toits de Singapour ! Alors avant que le bassin ne ferme à 23h on fonce dans notre suite se mettre en maillot de bain. Notre suite est au 47ᵉ étage. J’ai le vertige d’avance.

Autant le lobby est animé, autant les étages sont calmes et les chambres tranquilles. La suite est belle, grande (une quarantaine de mètres carrés), sobre, décoré d’un mélange de bois ouvragé, de cuir et de tissus chatoyants. On est surtout absorbé par la grande baie vitrée avec cette vue magique sur la ville.

La piscine de l’hôtel est la plus grande du genre : 150 m de longueur pour 1400m3 d’eau. Vus d’en bas, la terrasse et le bassin ont la forme d’un paquebot démesuré, reposant sur trois gratte ciel alignés de 55 étages. J’en profite avant sa fermeture et dès le lever du soleil. Quand elle n’est pas accessible ce sont les deux sports nationaux pratiqués par l’ensemble de la population qui me tiennent debout : manger et faire du shopping. On trouve des multitudes de restaurants parfois regroupés en food court (appelés hawker), pour toutes les bourses, et corollaire des shoppings centers jusqu’à plus soif, les uns derrière les autres. Prospère, bien organisé, propre, on pourrait oublier qu’on est dans une République de plus de 5 millions d’habitant. La ville est sûre (même à 3h du matin seuls dans la rue) avec comme Dubaï un des taux de criminalité les plus faibles du monde. Tout le monde est honnête, aimable, gai et toujours prêt à rendre service. Ici aussi musulmans, bouddhistes, hindouistes et chrétiens vivent ensemble sans confrontations. Cette juxtaposition de races, cultures, religions augmentée de l’anachronisme perpétuel entre signes du passé et modernisme futuriste fait justement rêver…

Les visites incontournables :

  • L’aéroport, une attraction en lui-même
  • L’hôtel Marina Bay Sands dans son intégralité
  • Les quartiers Chinatown et Little India
  • Les jardins et les supertrees de South Bay
  • L’esplanade et l’auditorium en forme de durian
  • Le parc aux oiseaux
  • Le safari de nuit au zoo sans cage ni clôture
  • Le musée Peranakan
  • Le Raffles, son musée et son magasin Cactus
  • Le Newton circus et son food court
  • Le shopping center de Little India ouvert 24h sur 24
  • La station Sentosa
  • Le shopping ‘électronique’ au centre commercial du Novotel Clarke Quay ou à celui de Fullon

Les moments inoubliables :

  • La baignade du haut des 57e étages (petite déception, elle ne fait pas 150m mais 3 fois 50 mètres)
  • Le panorama et les balades si romantiques
  • Le verre sur la terrasse lounge KU DÉ TA de l’hôtel
  • Les mets du Sky on 57 le restaurant à l’excellente cuisine singapourienne, fusion des cuisines chinoise, malaise, indienne et européenne
  • La balade à gondole dans le centre commercial de l’hôtel
  • Le petit déjeuner de l’hôtel servi dans un superbe restaurant en corbeille au dessus du hall au buffet gargantuesque.
  • Le buffet de midi d’anthologie au The Line du Shangri La.
  • Les balades à taxi avec des courses en moyenne à 2€ (sauf l’aéroport à 35€)
  • Les affiches interdisant les fumeurs et les chewing-gums sous peine d’emprisonnement

Derrière les gratte-ciel qui dressent leur gigantisme et leurs angles droits, derrière les centres commerciaux qui dégorgent de tout, et accumulent les marques de luxe et un service à l’asiatique, derrière la mégalopole multiculturelle qui ne dort jamais, il subsiste d’autres Singapour. Côté jardins, golf et îles, elle se dévoile en exigeant curiosité et beaucoup plus de temps. Alors j’y retournerai…

PREV

La cité des rêves Dubaï

NEXT

L'île des dieux : Bali

WRITTEN BY:

Lovalinda c'est moi Linda une globe-trotter, qui depuis le 1er août 2011 met en ligne ici son bloc-note mode et beauté, son carnet de cuisine et le journal de ses voyages et sorties. Des passions qui vous veulent du bien !

  • delphine
    REPLY

    rassure moi , y a quoi derriére le débordement de la piscine ?????

    16/10/2012

LEAVE A COMMENT