Search

Le bilan d’une modeuse devenue globe-trotteuse

Home  |  Lifestyle   |  Humeurs   |  Le bilan d’une modeuse devenue globe-trotteuse

Le bilan d’une modeuse devenue globe-trotteuse

Dans moins d’un mois je vais fêter les quatre ans anniversaire du jour où j’ai quitté mon cocon marseillais afin de vivre la plus belle aventure de ma vie ; et donc les quatre années sans aucun achat de fashionista compulsive ni aucun shopping de luxe. Pour une nana comme moi qui a porté son premier pull de créateur à 7 ans et acheté son premier sac de marque à 15 c’est un record. Pour une nana comme moi qui depuis qu’elle s’en souvient ne portait jamais deux fois le même look et consommait à outrance ça relève carrément du miracle. Qui aurait cru que je porterais les mêmes vingts vêtements durant 4 années, soit plus de 1400 jours ? Personne. Alors faisons ensemble le bilan.

I/ Vivre une passion à temps plein en fait oublier une autre

C’est simple, en prenant cet aller simple vers cet infini voyage j’ai échangé la première place de ma passion pour la mode pour celle de l’aventure. Alors que c’est la mode qui a prédominé toute ma vie, aujourd’hui elle n’a plus le monopole. Mon envie de découvrir de nouvelles terres, de nouvelles cultures, de nouvelles personnes et langues a totalement fait disparaitre mon addiction à contrôler ce à quoi je ressemble.

II/ Fuir le monde capitaliste rend moins matérialiste

Voyager en backpack dans des auberges de jeunesse, chambres airbnb et sur le canapé d’inconnu via Couchsurfing ou désormais en van ne vous fait pas rencontrer les mêmes personnes que lorsque vous logez en palace. Les vrais voyageurs se fichent carrément de ce que vous portez mais veulent connaitre les différents visas tamponnés sur votre passeport. Ils se fichent du dernier sac à la mode, mais veulent connaitre la destination à visiter hors des sentiers battus. Les baroudeurs envient ceux qui voyagent léger et sont fiers d’être détachée du matériel.

III/ Changer de vie demande surtout une bonne dose de volonté

Je suis à chaque fois surprise de lire que mon changement de vie impressionne par mon courage. Le courage est certainement le mot que j’entends le plus. Pourtant pour moi il n’est pas le plus important. Selon moi, devenir une globe-trotter à temps plein, ce n’était qu’une question d’égoïsme dans le désir de réaliser mon rêve d’enfant. Alors c’est vrai qu’au final jai gagné au change, quitter ma routine pour une autre inconnue m’a rendue plus heureuse. Mais cela n’aurait pas été possible si je n’avais pas eu la volonté de le faire. Parce que la volonté vient avant le courage. Et plus que jamais : quand on veut, on peut.

En conclusion, loin du bling bling, loin du luxe, loin de l’habit qui fait le moine, loin de l’ostentatoire, loin du capitalisme, loin du superficiel, mes journées tournent autour de la nature, l’océan, l’amour, la spiritualité et une vie active saine où Islam, veganisme, surf et yoga trouvent leur équilibre. Et juste écrire ce bilan me rappelle que si je devais tout recommencer je ne changerais rien. Et vous ?

Et maintenant, les commentaires !

PREV

L'instant présent et moi et moi et moi...

NEXT

La détox mode

LEAVE A COMMENT

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.