Search

La Big Apple : NYC

Home  |  Lifestyle   |  Voyages   |  Amérique   |  La Big Apple : NYC

La Big Apple : NYC

Entre l’affaire DSK, le récent tremblement de Terre, la possible arrivée de l’ouragan Irène, le tournage de Sex&TheCity 3, la reprise prochaine de GossipGirl et la démission de Steve Jobs (qui a fait trembler les boursicoteurs de NYC), autant dire que New York City : « The Big Apple », « Gotham », « La ville qui ne dort jamais » est au cœur de tous les débats (bon j’avoue pour Steve j’ai extrapolé mais je l’aime et suis triste qu’il soit malade).

Il me semblait donc évident en ce Vendredi-Voyage sur mon blog de vous parler de mon escapade new-yorkaise.

NEW-YORK NEW-YORK NEW-YORK Qui ici déteste NEW-YORK ? Per-sonne. Il est impossible de ne pas être aspiré de plaisir par cette ville aux milliards de facettes.

J’ai attendu 29ans pour la découvrir et l’aimer d’amour. Entre séries, films et reportages je rêvais de parcourir la ville avec mon mec et mon petit frère. Elle avait bercé mon enfance, mon adolescence et mes années fac. Vœu exaucé.

Quatre jours tous les 3 m’ont suffi pour la proclamer meilleure ville au monde (ex-æquo avec Paris).

Voici mon programme (sur la musique du générique de New York Unité Spéciale s’il vous plait).

 

PREMIER JOUR : PARIS / NEW – YORK

Trop tôt le matin nous avons rendez-vous à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle. Enregistrement, douane et hop Terminal 2E. Nous décollons à 8h25 sur notre vol Air France (mince ce n’est pas le A380 espéré).

Après 7h de blablatages, films, dodo, nous arrivons à New York à 10h35 (la magie du décalage horaire). Galère aux douanes : voyager avec un arabe barbu n’a pas facilité l’entrée sur le territoire américain, mais après 1heure de vagues questionnements nous sommes libres de découvrir la ville. D’ailleurs douaniers de JFK si vous me lisez : vous êtes ridicules et d’une méchanceté sans nom qui ternit gravement la première impression qu’on peut avoir des USA.

On récupère nos valises et on file jusque l’hôtel. Mon cœur bat à cent à l’heure durant tout le transfert. Je succombe déjà. Les larmes montent. New York est sous le brouillard. Cachée sous cette fumée, sa pudeur la rend attirante et je veux déjà percer tous ses mystères.

Quelques minutes suffisent pour que nous arrivions à l’hôtel situé au Madison Square Garden. Je ne me souviens plus de son nom tant je n’y suis pas beaucoup restée. L’emplacement était certes idéal mais l’infrastructure, la déco et le service juste inutiles. Hôtel à oublier. Hôtel oublié. Nous récupérons nos clefs, déposons nos bagages, sortons nous acheter une pizza à emporter et il est 15h on a mille trucs à voir. C’est la course.

Sauf qu’on est mort de fatigue et on s’endort jusqu’au lendemain matin (fichu décalage horaire).

 

DEUXIÈME JOUR : NEW – YORK

 

On se réveille facilement mais frustré d’avoir gaché la veille un après-midi dans la ville. En plus j’avais réservé croisière, restau etsoirée au club de jazz Smalls, 183 west 10th street et 7th avenue. Ils ne nous y auront jamais vu.

Très tôt on file sur Time Square nous acheter le New-York City Pass. Séance shopping chez Adidas. On se ruine dans la collection Star Wars tellement excellente. Mais on se ressaisie. On n’est pas à NYC pour faire des achats mais pour la visiter. On grimpe dans notre bus ouvert. Le guide est drôle et nous raconte des anecdotes insolites. Petit détour par le Chrysler Building, situé à l’intersection de la Lexington Avenue et de la 42e rue, dans le quartier de Midtown, à Manhattan.

Ça roule. On arrive enfin. On descend pour rejoindre le ferry des sites légendaires du musée d’Ellis Island (qui fut la porte d’entrée de l’Amérique), la Statue de la Liberté et Ellis Island, où des millions d’européens firent leur première entrée aux Etats-Unis. Gros coup de cœur. Je n’arrive pas à encore à y croire et je ne veux plus repartir. En l’apercevant je frémis. Dessous je frémis. En la quittant je frémis. LA STATUE DE LA LIBERTÉ. Quand je l’évoque j’en suis encore bouche bée les yeux brillants.

Difficile de la laisser mais à quelques pas nous voici au cœur de Wall Street et du Financial District. Déjeuner sur le pouce au Mc Do où une pianiste joue ses plus beaux morceaux. Incroyable. New-York est incroyable. Manger un filet au fish sous des accords de jazz je ne l’aurais jamais cru. La taille des menus et des boissons est impressionnante. Clairement tu rentabilises tes 7$ aux States et tu comprends encore plus le mal de l’obésité. Tout est XXL !

Pour la digestion on remonte le long des rues bordées d’arbres et on visite Greenwich Village, Tribeca, Soho (particulièrement Green Street, où se trouve le plus long ensemble de cast-iron buildings), et Chinatown, enclaves ethniques et authentiques de Manhattan.

Balades sans fin le nez au vent dans les charmants quartiers de Lower East Side et East Village, où on en profite pour grignoter les spécialités traditionnelles d’Europe centrale.

Ensuite ma meilleure amie new-yorkaise nous rejoint. Session retrouvailles intenses devant le Flatiron Building puis Grand Central Station, la 5ème Avenue et St Patrick’s Cathedral. Evidemment coucher de soleil en haut du Rockefeller Center pour admirer tout New York et être pile en face de la pointe de l’Empire State Building qui domine toutes les nuits Manhattan avec des couleurs différentes.

Enfin mes hommes ont faim et ont envie de viande (halal) alors on part diner à « La Veranda », 163 West 47th Street, excellent libanais. Cerise sur le fallafel en dessert ils proposent dans l’arrière restau un joli salon pour y boire le thé et fumer la chicha.

 

TROISIEME JOUR : NEW – YORK

 

C’est l’avant dernier jour déjà. On a vu des dizaines de monuments mais la peur d’en oublier nous fait réveiller à l’aube. Après un bon petit-déjeuner direction le Musée Madame Tussaud, caprice de mon petit-frère. C’était drôle mais à 90$ pour nous 3 ça fait cher le délire. Du coup photo avec toutes les poupées de cire histoire de rentabiliser un minimum.

Il est déjà midi. Nous avons rendez-vous à l’héliport du centre de New York, près de Battery Park et de Wall Street à 12h30 pour un décollage à 13h : LE tour d’hélicoptère à 120€ par personne pour 15 minutes de vol nous a fait succombé. Et on ne l’a pas regretté. New York City vue du ciel c’est juste l’instant touristique le plus fort du séjour. Mes yeux et mon cœur ne s’en remettent toujours pas ! Ce fut le quart d’heure le plus court et le plus incroyable.

Après ce baptême de l’air on emprunte enfin le pont de Brooklyn pour la photo mythique des gratte-ciel de Manhattan. L’aperçu de “Brooklyn Heights” quartier historique, de Brownstones est comme dans les films. Brooklyn est le borough qui est reconnu pour son air pur, sa qualité de vie, et parce que Manhattan est hors de prix. Mannequins, acteurs et artistes s’installent dans les brownstones de Park Slope et de Fort Greene, dégustent la délicieuse cuisine italienne de Locanda Vini & Oli, installée au 129 Gates Ave dans une ancienne pharmacie, ou vont chez Ici, une table parfaite pour ce quartier, cocktail de French touch et d’esprit de Brooklyn, avec produits bio au 246 Dekalb Ave. On a tout vérifié. Enfin avec les yeux parce que mes compères se sont endormis durant tout le voyage en car.

 

Après cette sieste insolite on termine la journée avec du spectaculaire encore : Times Square de nuit.

QUATRIÈME JOUR : NEW-YORK / PARIS

Dernière journée. J’ai encore envie de pleurer. Difficile de l’admettre mais c’était mes dernières heures sur le sol cainri. Après le petit-déjeuner mon frère nous délaisse. On passe donc un dimanche en namoureux.

Matinée musée : Museum of Modern Art (MoMA) le musée d’art moderne et contemporain installé dans Midtown Manhattan ou le Metropolitan Museum of Art « the Met », l’un des plus grands musées d’art au monde situé à Manhattan, du côté de Central Park sur la Cinquième Avenue et à la hauteur de la 82e rue ? On hésite. On n’en fait aucun.

Non c’est dimanche, on préfère une matinée aux vibrations des chœurs Noirs Américains avec une messe Gospel puis la découverte d’Harlem, la capitale noire de New York, pour admirer la gigantesque cathédrale Saint John The Divine, ainsi que l’Apollo Theatre.

On reste dans cette ambiance en profitant d’un brunch « Soul Food » au Red Rooster, 310 Lenox Ave, le meilleur moment culinaire de mon séjour.  Évidemment le restaurant est plein pour son brunch dominical mais on nous installe rapidement autour du splendide bar. Ambiance, musique, show, mets, tout est parfait. Nous sommes aux anges.

Avec tristesse nous quittons notre table pour un après-midi à Central Parc, le “poumon vert” de Manhattan. Vu du ciel il est immense. Vu de terre il est infini. Au passage, on jette un œil au Guggenheim et on s’offre une promenade architecturale dans l’Upper East Side à la découverte des fleurons de l’architecture moderne. Je me sens comme Blair de Gossip Girl mais j’atterris vite de mon nuage en apercevant l’heure.

Il est 19h. On file récupérer nos valises. Au passage j’achète des cupcakes chez Magnolia Bakery, 1240 Avenue of the Americas. On est transféré à l’aéroport à 19h pour les formalités d’enregistrement. Enfin on reprend notre vol New-York / Paris à 22h45.

Laissez-moi pleurer.

NEXT

Le Miami des stars

WRITTEN BY:

<p>Lovalinda c’est moi Linda une globe-trotter, qui depuis le 1er août 2011 met en ligne ici son bloc-note mode et beauté, son carnet de cuisine et le journal de ses voyages et sorties. Des passions qui vous veulent du bien !</p>

  • Nadia
    REPLY

    Je suis aussi tombée sous le charme de cette ville, je conseille au gens d’ essayer d y rester au
    moins une semaine pour bien se rendre compte de la vie new yorkaise ! Nous y sommes aller 15 jours au printemps 2010 et risquons d’y retourner en 2012 pour la même durée .. Un petit mot concernant ton blog que je trouve très intéressant ! Tu es charmante et pétillante ! J espere que tu continueras a nous régaler!

    27/08/2011
  • Ibti
    REPLY

    J’ai adoré NYC !

    4 jours pour “voir” New York c’est très peu, vous n’en aurez qu’un petit aperçu, et c’est bien dommage vu tout ce que cette ville peut offrir (en plus des attractions purement touristiques).

    Pour un séjour un peu plus hautentique, nous avions décidé de passer 1 semaine de notre séjour dans un appartement de standing à Manhattan et non en Hotel. Une vraie mini experience de ce qu’est la vie a New York :-)

    09/09/2011
  • Is that really all there is to it because that’d be flbabregsating.

    24/11/2011
  • J’attends que ça depuis 3 mois, je pars bientôt à NY pour la première fois et de voir cet article me donne encore plus envie d’y aller, par contre je ne puis rester qu’une semaine j’espère que je vais avoir assez de temps pour faire les choses les p^lus importantes,
    Merci et continue comme ça

    06/08/2012

LEAVE A COMMENT