Search

L’expérience “Flux”

Home  |  Lifestyle   |  Humeurs   |  L’expérience “Flux”

L’expérience “Flux”

L’année dernière alors que j’étudiais à l’IAE d’Aix-en-Provence j’ai pu apprécier un cours sur le ‘Flux’, appelé aussi ‘Flow’. Alors si le terme ne vous parle pas c’est normal ne vous inquiétez pas, j’étais dans le même cas. D’ailleurs quand mon professeur l’a présenté je l’ai plutôt vu comme une corvée ce ‘Flux’ puisque le but de ce séminaire était de transformer une de mes activités stressantes en opportunité de croissance et ainsi rédiger un mémoire de cette quête vers l’expérience optimale. Avouez que rien que l’intitulé fait mal à la tête. Rassurez-vous, en résumé le flux c’est surtout un antistress par excellence et puisque je vous veux du bien je me devais de partager avec vous cette philosophie de vie. En plus après réflexion, même si je suis la “Positive Attitude” incarnée, une éternelle optimiste qui prend toujours tout du bon côté et que dans mon quotidien j’agis à la cool, sans effort avec constamment une totale implication qui élimine de ma conscience les doutes et les frustrations quotidiennes, il y a une activité quotidienne que je déteste/détestais (suspense) par dessous tout : monter les 75 marches de mon impasse. Aujourd’hui j’ai déménagé je peux donc partager avec vous le détail de cette étude ! C’est parti !

SUJET : Rendre les 75 marches de l’impasse qui me permet de rentrer chez moi moins éprouvantes et plus agréables.

[—TOC Header:AU SOMMAIRE :—][—TOC—] [—TOC Heading:CHAPITRE I : LE DESCRIPTIF—]

CHAPITRE I : LE DESCRIPTIF

[—TOC Heading:

  • A.L’état des lieux

—]

A.L’état des lieux

J’ai toujours été locataire d’appartements au cœur des villes où j’ai vécue. Absolument pas sportive, j’ai donc toujours vécu dans des logements desservis par un ascenseur ou à un étage très bas. J’ai presque honte de l’écrire mais même en habitant parfois au premier étage de l’immeuble je me refusais l’épreuve des escaliers et cédais très régulièrement à l’appel de la technologie. Néanmoins, pour profiter de la météo clémente de notre région ainsi que du paysage grandiose de Marseille mon mari et moi avons durant de longues années cherché un logement qui nous offre un jardin, une terrasse et une vue panoramique de la ville, tout à la fois. Après 3 ans de recherches et de nombreuses visites vaines, le 6 décembre 2011 nous avons eu un coup de cœur pour une maison qui possède tout ce que nous avons toujours cherchée et plus encore. Seul défaut : pour atteindre ce sésame il faut gravir 75 marches dans une impasse de pierre et béton (l’équivalent de 5 étages).
[—TOC Heading:

  • B.Le problème

—]

B.Le problème

Depuis le 6 janvier 2012, jour où nous avons emménagé je vivais un véritable cauchemar à chaque fois que je devais rentrer à la maison. D’ailleurs chacune de mes sorties était calculée, mesurée et donc longuement réfléchie. Pour éviter de devoir grimper je m’efforçais de rassembler tous les rendez-vous programmés (quand c’était possible) le même jour. Je réfléchissais toujours à deux voire trois fois avant de regagner mon domicile. Par exemple il m’était impossible de rentrer chez moi sans avoir une idée précise des mets gourmands que j’allais concocter et donc sans avoir acheté tous les ingrédients nécessaires. Notons que depuis mon emménagement, je n’avais par exemple jamais oublié le pain… Certes devoir développer mon sens de l’organisation était devenu un véritable atout ; mais en pleine reconversion professionnelle et avec un rythme scolaire intensif il fallait que ces 75 marches deviennent de véritables alliées dans ma vie. Je voulais pouvoir sortir et rentrer chez moi dans l’état mental du « flow ».
[—TOC Heading:

  • C.Les caractéristiques

—]

C.Les caractéristiques

Les 75 marches éprouvantes à transformer en expérience-flux se divisent en 3 parties.

L'expérience Flux | LovaLinda x Escaliers 1La première partie comporte 18 marches très irrégulières et plutôt larges. Il faut deux pas par marches en moyenne, soit 36 pas.
Durée : 40 secondes environ

L'expérience Flux | LovaLinda x Escaliers 2La seconde partie de l’impasse a des marches beaucoup plus raides. Il y en 50 avec des marches très larges toutes les 5 à 7 marches. Très rapidement essoufflée, j’y marquais toujours des pauses.
Durée : 5 à 7 minutes environ

L'expérience Flux | LovaLinda x Escaliers 3La dernière partie de l’impasse qui amène à ma porte d’entrée n’a que 7 marches. Elles sont les plus physiques du parcours puisque qu’elles sont très étroites et très hautes.
Durée : 15 secondes environ

D.Les références

Nous sommes 7 foyers à vivre dans cette impasse. Avant de m’y installer je ne m’étais jamais liée d’amitié avec mes voisins. Ces marches ont forcément eu l’avantage de créer des liens forts entre nous puisqu’en plus de la traditionnelle météo elles sont un sujet de conversation fort qui nous a unis. J’ai pu apprendre que depuis de nombreux siècles ce sont les mêmes familles qui se lèguent à chaque génération leur maison…
À chaque fois que je croise un de mes voisins qui constate ma souffrance, mon stress, mon épuisement lors de ma montée les conseils sont toujours les mêmes :

« Ne vous inquiétez pas à force on s’y fait »
« Ne regardez surtout pas là-haut si vous ne vous voulez pas être découragée »
« Courage ça fait du sport »

Ce coaching pourtant toujours positif et prévenant ne m’empêchais pas de maudire à chaque pas mon coup de cœur pour cette maison aussi sublime soit-elle à l’arrivée. Ce qui me rend d’autant plus aigrie c’est que mon mari plus âgé et moins endurant que moi s’est parfaitement accommodé à ces marches et les montent avec une aisance sans nom qui me rend encore plus malade de jalousie.
Il semblais donc que seul transformer cette épreuve quasi quotidienne en « flux » pouvait me sauver.
[—TOC Heading:CHAPITRE II : LA THÉORIE DU FLUX—]

CHAPITRE II : LA THÉORIE DU FLUX

Csikszentmihalyi, psychologue hongrois à l’origine du flex, a identifié les caractéristiques accompagnant et décrivant l’expérience du flow recherché. Il faut donc :

• des objectifs clairs : les attentes et les règles régissant l’activité sont perçues correctement et les objectifs fixés sont atteignables avec nos compétences,
• un équilibre entre la difficulté de l’activité et nos compétences de l’acteur (l’activité n’est ni trop facile ni trop difficile, elle constitue un défi motivant)
• une activité qui soit en soi source de satisfaction
• un haut degré de concentration sur un champ limité de conscience (hyperfocus)
• une perte du sentiment de conscience de soi, une disparition de la distance entre le sujet et l’objet
• une distorsion de la perception du temps
• une rétroaction directe et immédiate. Les réussites et difficultés au cours du processus doivent immédiatement être repérés et le comportement doit s’ajuster en fonction
• une sensation de contrôle de soi et de l’environnement.

Cependant attention, la réunion de tous ces phénomènes ne serait pas nécessaire pour conduire au flow. Les 3 premiers décrivent des caractéristiques de l’activité propices au flow, les 5 derniers décrivent plutôt l’état de conscience modifié qu’implique le flow.

Dans ma situation il est clairement question d’une performance athlétique à atteindre. Mon objectif était donc d’être comme ces athlètes qui décrivent le caractère naturel et “sans efforts” de leurs performances lorsqu’ils réussissent leurs meilleurs temps ou scores connus. J’aime l’anecdote du légendaire joueur de football Pelé qui décrit son expérience d’être dans “la zone” (ou le flux) ainsi : «J’ai ressenti comme un étrange calme… une sorte d’euphorie. J’ai eu l’impression de pouvoir courir une journée entière sans fatigue, de pouvoir dribbler à travers toutes leurs équipes ou à travers tous, que je pouvais presque leur passer à travers physiquement.»
Il s’agissait donc pour moi de trouver une stratégie me permettant de répondre aux 4 dimensions du flow retenue par Heutte & Fenouillet en 2010 (des psychologues aussi spécialisés dans le flux) :

  1. FlowD1 : le sentiment de maîtrise/contrôle de l’activité
  2. FlowD2 : la perception altérée du temps
  3. FlowD3 : l’absence de préoccupation à propos du soi
  4. FlowD4 : le sentiment de bien-être
[—TOC Heading:CHAPITRE III : LA STRATÉGIE—]

CHAPITRE III : LA STRATÉGIE

[—TOC Heading:

  • A.Les stimulis

—]

A.Les stimulis

Puisque monter ces marches est aujourd’hui pour moi l’activité la plus éprouvante que je rencontre il a fallu que je réfléchisse aux stimulis sensoriels à solliciter pour la transformer en « courant d’eau qui me transporterait ».
Sens 1 : la vue
Regarder le point culminant de l’arrivée me rend à chaque fois malade de découragement et me stresse encore plus. L’impasse calfeutrée de béton n’a aucun intérêt visuel, en revanche je me suis dite que je pourrais regarder mes pieds en les montant. D’abord parce qu’en tant que grande fan de mode j’admirerais alors mes chaussures, chaque jour différentes, mais aussi je ne serais plus démotiver en voyant les marches à gravir. Me concentrer sur mes pompes d’amour me fera oublier mon désamour pour les escaliers.
Sens 2 : l’ouïe
Je me plains toujours de n’avoir jamais le temps d’écouter les albums de musique chargés dans mon mobile. Etant donné que dans l’impasse je ne capte aucun réseau et que je me plains toujours de ce fardeau d’être isolée pendant ces 7 minutes où j’y suis j’ai pensé que je pourrais profiter de cette montée pour m’offrir deux titres d’un de mes artistes préférés. Par exemple pour juin dernier j’avais des places pour le dernier concert d’Alicia Keys : Girl on Fire. J’ai choisi d’écouter deux chansons par ascension et ainsi apprendre par cœur les titres de ses albums pour être en osmose avec la chanteuse lors de son show.
Sens 3 : le toucher
Comme je l’ai précisé en introduction je ne suis absolument pas sportive, ce qui a évidemment des conséquences sur ma silhouette. Monter les escaliers en touchant mes muscles se contracter me laissera imaginer les calories que je perds. Je pourrais rentrer mon ventre et en profiter pour me faire les abdos. Toutes les 2 semaines je mesurerais mon tour de taille pour voir l’évolution de ma ligne.
Sens 4 : le goût
Amatrice de thé j’ai décidé de m’offrir une tournée de mes dernières acquisitions de la marque « Comptoir des Thés Français » à chaque fois que j’arriverais à la maison.
Si je parviens à mettre en place tous les points de ma stratégie cela pourrait changer le cours de chacune de mes journées et me rendre plus heureuse à l’idée de sortir et donc de rentrer chez moi.
[—TOC Heading:

  • B.Le planning

—]

B.Le planning

À long terme je rêvais de rentabiliser ces marches pour y faire le sport qui me maintiendrait en forme en les montant et descendant sans fin à la John Rambo… Mais avant d’arriver à ce challenge et afin de mettre en place l’expérience-flux j’ai défini un planning des périodes où je mettrais en action les stimulis sensoriels précédemment décrits.

Jour et heure de la montée Stimulis sensoriel à mettre en œuvre :
Jeudi 21 février à 21h Vue + Goût
Vendredi 22 février à 18h Vue + Goût
Samedi 23 février à 18h Vue + Goût
Mardi 26 février à 18h Vue + Goût
Mercredi 27 février à 18h Vue + Goût
Jeudi 28 février à 21h Vue + Goût
Vendredi 1er mars à 18h Vue + Goût
Lundi 4 mars à 18h Ouïe + Goût
Mardi 5 mars à 18h Ouïe + Goût
Mercredi 6 mars à 18h Ouïe + Goût
Jeudi 7 mars à 21h Ouïe + Goût
Vendredi 8 mars à 21h Ouïe + Goût
Samedi 9 mars à 18h Ouïe + Goût
Lundi 11 mars à 18h Toucher + Goût
Mardi 12 mars à 18h Toucher + Goût
Mercredi 13 mars à 18h Toucher + Goût
Jeudi 14 mars à 21h Toucher + Goût
Vendredi 15 mars à 21h Toucher + Goût
Mardi 19 mars à 18h Vue + Ouïe + Goût
Mercredi 20 mars à 18h Vue + Ouïe + Goût
Jeudi 21 mars à 18h Vue + Ouïe + Goût
Vendredi 22 mars à 18h Vue + Ouïe + Goût
Lundi 25 mars à 18h Toucher + Ouïe + Goût
Mardi 26 mars à 18h Toucher + Ouïe + Goût
Mercredi 27 mars à 18h Toucher + Ouïe + Goût
Jeudi 28 mars à 21h Toucher + Ouïe + Goût
Vendredi 29 mars à 18h Toucher + Ouïe + Goût
Mercredi 3 avril à 18h Vue + Toucher + Goût
Jeudi 4 avril à 21h Vue + Toucher + Goût
Vendredi 5 avril à 18h Vue + Toucher + Goût
Samedi 6 avril à 18h Vue + Toucher + Goût
Mardi 9 avril à 18h Vue + Ouïe + Toucher + Goût
Mercredi 10 avril à 18h Vue + Ouïe + Toucher + Goût
Jeudi 11 avril à 21h Vue + Ouïe + Toucher + Goût
[—TOC Heading:CHAPITRE IV : LE RETOUR D’EXPÉRIENCE—]

CHAPITRE IV : LE RETOUR D’EXPÉRIENCE

[—TOC Heading:

  • A.Le planning

—]

A.Le planning

Au jour le jour j’ai tenu un journal de bord de mes ressentis et impressions en fonction du planning décrit dans le chapitre précédent.L'expérience Flux | LovaLinda x Mille Feuille Atelier Thiery

Jeudi 21 février à 21h Vue + Goût

J’ai mis des chaussures plates et me suis offerte un mille-feuilles de l’Atelier Thiery pour accompagner mon thé vert à la menthe. Pour cette 1ère montée dans le flux je mets le paquet. Au bout des ¾ je suis toujours essoufflée et m’arrête pour 1 pause, mais j’ai moins vu le temps passer que d’habitude en focalisant sur mes pieds et en tenant mon mille-feuilles.

Vendredi 22 février à 18h Vue + Goût
L'expérience Flux | LovaLinda x YSL Sneakers

Pour cette seconde montée j’ai choisi mes baskets à paillettes. Aujourd’hui je suis spécialement fatiguée et j’ai besoin de m’arrêter deux fois pour me reposer. À l’arrivée le thé à la violette me réconforte.

Samedi 23 février à 18h Vue + Goût

Montée annulée pour week-end surprise anniversaire.

Mardi 26 février à 18h Vue + Goût

Retour à la maison après 4 jours d’absence. Je remonte chargée de bagages et sacs, je regarde mes bottes à très hauts talons et au moment de lever la tête de fatigue je me rends compte que j’ai déjà monté la moitié. Du coup je suis encore plus motivée pour arriver même si la seconde moitié est plus difficile et je suis essoufflée ! En rentrant je m’offre un thé à la figue en admirant mes cadeaux d’anniversaire.
L'expérience Flux | LovaLinda x Cadeaux anniversaire

Mercredi 27 février à 18h Vue + Goût

Pour ne pas reproduire la même erreur que la veille j’ai anticipé les baskets. Mon corps n’est pas encore prêt à monter mes marches dans le flux avec des talons trop hauts. Ce soir j’ai tenté de monter les marches deux par deux, quelle erreur ! Fatiguée au bout d’un tiers j’ai failli abandonner. Au lieu de monter en 6 minutes en moyenne j’ai passé 15 minutes dans les escaliers. À l’arrivée c’est mon mari qui me prépare un thé marocain pour me remettre en appétit et dans le flux.

Jeudi 28 février à 21h Vue + Goût

Ce soir je rentre plus tard que prévu après une sortie au restaurant en amoureux. Je porte des bottines à talons lourdes et hautes. Mais du coup à force de focaliser sur mes pieds j’arrive devant ma porte sans me rendre compte de l’effort. Pour me récompenser ce sera un thé aux mirabelles.

Vendredi 1er mars à 18h Vue + Goût

Avant de rentrer je suis passée par la boulangerie et je me suis offerte des brioches au sucre. En baskets et en mangeant j’ai fait la montée la plus rapide depuis mon arrivée dans cette impasse. Je n’ai pas du tout vu le temps filer. Il semble évident qu’en mangeant durant la montée me fait dans le flux.

Samedi 2 mars à 12h Vue + Goût

L'expérience Flux | LovaLinda x Gianvito Rossi PVC PumpsNormalement le week-end off à la maison je délègue les courses du petit-déjeuner mais après la bonne expérience de la veille j’accompagne mon mari à la boulangerie en baskets et je rentre en grignotant ma brioche au sucre. Encore une fois la montée est agréable et rapide ! Le plus surprenant de cette journée imprévue c’est qu’avec la météo clémente je propose une nouvelle sortie pour une expo à la Belle de Mai je remonte donc à la maison vers 18h et la montée, bien que je sois à talons hauts, ne m’épuise pas. La vue sur mes chaussures de Cendrillon m’a fait oublier le temps. En rentrant j’opte pour un thé au caramel.

Lundi 4 mars à 7h et à 18h Ouïe + Goût

Ce matin j’ai vécu l’impensable : comme décrit en introduction je n’ai jamais rien oublié à la maison depuis que je vis cette maison, or il s’avère qu’arrivée en bas des marches je me suis rendue compte que j’avais oublié mon porte-feuille. S’il y a 15 jours je serai partie sans et j’aurai préféré emprunté des sous sans réflexion ni hésitation je suis remontée et je me suis rendue compte qu’une fois dans le bus ! Pourtant avec mes bottines à talons et ma jupe longue je n’étais pas aidée !! Le soir après les cours j’ai branché l’album Girl On Fire d’Alicia Keys, je monte en écoutant De Novo Adagio (Intro) d’1 min 19 et Brand New Me de 3 min 54. Aucun notion du temps qui est passé, encore une fois j’ai l’impression que cette montée n’a pas eu lieue. En arrivant j’opte pour un thé au chocolat et caramel Mariage Frères.

Mardi 5 mars à 18h Ouïe + Goût

Casque sur les oreilles en écoutant When It’s All Over d’Alicia Keys la montée se fait encore avec aisance. Bizarrement même si le stimuli de la vue n’est pas sollicité j’en arrive à toujours bloquer sur mes pieds et mes chaussures.
Je me confirme donc que pour monter les marches dans le flux il faut que je fasse tout sauf penser que je les monte.
À l’arrivée je teste un thé Dammann que mon mari m’a offert, un délice de thé noir nature.

Mercredi 6 mars à 18h Ouïe + Goût

Afin de brouiller les pistes en bas des marches, musique branchée sur Listen To Your Heart et New Day d’Alicia Keys j’ai levé la tête pour voir l’entrée de ma maison et le chemin à parcourir. Quelle erreur ai-je fait, je me suis sentie essoufflée à mi parcours, du coup j’ai baissé les yeux et la dernière moitié m’a paru plus rapide. Je porte une paire de mocassins sans chaussette qui m’a rappelé que le printemps et ses beaux jours arrivaient, ainsi mon esprit ailleurs la montée fut rapide.
À l’arrivée je me récompense avec un thé au citron.

Jeudi 7 mars à 18h Ouïe + Goût

Hasard ou coïncidence c’est ma chanson préférée et phare de l’album d’Alicia Keys, Girl On Fire qui tombe ce jour, l’occasion de me concentrer sur les paroles en regardant droit devant moi. Avec mes talons aiguilles la montée est très sportive mais comme j’ai chanté je ne réfléchissais pas tellement à ce que j’étais en train d’accomplir, donc succès ! À l’arrivée thé aux fruits rouges délicieux et coucher de soleil en prime !

Samedi 9 mars à 18h Ouïe + Goût

Après une longue journée de Logistique Externe dont un examen, de la pluie le matin et de la chaleur l’après-midi je rentre avec beaucoup de hâte pour un week-end en amoureux largement méritée. Certainement pressée d’en finir je suis montée en un temps record puisque la chanson Fire We Make de 5min 21 n’a pas eu le temps de s’achever ! Ma tenue sportive aura eu son effet ! À l’arrivée je m’offre mon thé au caramel beurre salé.

Lundi 11 mars à 18h Toucher + Goût

Première montée où j’ai pris en considération les effets bénéfiques des marches sur mes cuisses. J’ai bien senti mes muscles se contracter. Si ça m’a occupé j’ai l’impression que ce fut la montée la plus longue depuis le début de l’expérience. Je rentre d’ailleurs avec une amie donc il est question d’un gros gouter : thé au caramel et fondant au chocolat fait maison ! Je n’ose ni me peser ni prendre mes mensurations.
L'expérience-Flux-LovaLinda-x-Fondant Chocolat

Mardi 12 mars à 18h Toucher + Goût

Troisième jour que je monte en mettant en avant le stimuli ‘Toucher’ mais rien à faire je ne suis pas concentrée sur celui-ci et en montant ce soir je n’avais qu’une obsession le fondant au chocolat de la veille qui restait et que j’allais savourer face au coucher du soleil. De ce fait la montée se fait rapide et agréable à l’idée de mettre en éveil mes papilles.
L'expérience Flux | LovaLinda x Coucher de Soleil

Mercredi 13 mars à 18h Toucher + Goût

Puisqu’il est question de mettre en avant le façonnage d’une silhouette musclée en montant ces marches j’opte pour une ascension deux par deux. Grosse erreur je suis épuisée comme si l’expérience flux n’avait jamais eu lieue ! Je suis essoufflée, fatiguée, démotivée et j’ai l’impression que la notion de plaisir adoptée ces derniers jours vient de s’envoler. À l’arrivée gros réconfort avec du thé vert oriental, du pain de mie et de la pâte à tartiner.

Jeudi 14 mars à 21h Toucher + Goût

Transformer la montée en solution miracle pour régime improvisé est un échec, ce stimuli me décourage plus car aller chercher une performance physique ne fait pas s’évader mon esprit et l’expérience redevient contraignante. D’ailleurs ce soir en réfléchissant à cela j’en ai oublié la montée qui fut alors agréable. Récompense toujours indispensable à l’arrivée avec un thé aux amandes de Mariages Frères (le Pleine Lune, mon préféré).

Vendredi 15 mars à 21h Toucher + Goût

Montée annulée, départ en week-end pour Genève et son salon de l’auto

Mardi 19 mars à 18h Vue + Ouïe + Goût

Retour après un long congé et une journée de cours, j’avais prévu les baskets pour monter avec ma musique, mes bagages et quelques chocolats ramenés de Genève. Malgré cette pause « vacances » le rythme positif en montant les marches n’est pas perdu. J’arrive encore une fois tout en haut sans m’en rendre compte et donc avec surprise !

Mercredi 20 mars à 18h Goût

Cela fait pile un mois que l’expérience flux a commencé et j’ai le sentiment en ce mercredi que j’ai atteint mon objectif. Ce soir plus besoin de regarder mes pieds, pas nécessaire de brancher ma musique non plus, je grimpe comme si de rien n’était. J’arrive en haut sans me rendre compte que je viens de monter 75 marches qui m’étaient douloureuses ! Ni fatigue, ni essoufflement, ni pensées négatives je viens de transformer un problème qui me semblait insurmontable en moment de plaisir. Pour cette soirée prise de conscience et tournant définitif je m’offre le gouter parfait.
L'expérience Flux | LovaLinda x Gouter Parfait

Le stimuli « Goût » a suffi à changer ma vision pessimiste et effacer mon besoin de quitter cette demeure.
[—TOC Heading:

  • B.Le rappel de l’objectif

—]

B.Le rappel de l’objectif

L’objectif principal de cette expérience était de rendre les 75 marches de mon impasse qui me permettent de rentrer chez moi moins éprouvantes et plus agréables. Il a été complètement atteint.
Pour détailler cet objectif j’avais identifié plusieurs tâches à atteindre :

• Découvrir et apprécier mes thés haut de gamme en récompense
• Maitriser l’album Girl On fire d’Alicia Keys
• Monter d’une seule traite
• Avoir le sentiment de me muscler et pourquoi pas de perdre de la cellulite
• Ne pas arriver essoufflée à l’arrivée

Hormis le stimuli « toucher » (qui impliquait un palper-touché de mes muscles, le ventre rentré pendant la montée et une mesure de ma taille pour constater de l’évolution de ma ligne) toutes les tâches ont été un succès qui m’ont donc amené à « l’expérience flux ».
[—TOC Heading:

  • C. L’application de la stratégie

—]

C. L’application de la stratégie

J’avais prévu une stratégie sur 2 mois et 34 montées. Il s’avère que la stratégie fut tellement efficace qu’au bout d’un mois et 21 montées (et même avant) j’ai réussi à complètement oublier la difficulté ! Il est évident que le fait de mettre en place un planning précis et suivi au quotidien m’a permis de prendre conscience de chacune de mes impressions.
Clairement, mettre en éveil mes papilles et regarder mes chaussures ont profondément changé mon regard sur cette impasse. Par ailleurs ne pas l’assimiler à une contrainte (régime, sport) a immédiatement été une évidence. La notion de plaisir fut donc incontournable et m’a permis de répondre aux 4 dimensions du flow retenue par Heutte & Fenouillet.

FlowD1 : Le sentiment de maîtrise/contrôle de l’activité

J’ai toujours eu l’habitude de maîtriser et contrôler chacune de mes activités, actions et chacun de mes gestes. Pourtant comme évoqué en introduction, quand il s’agissait de rejoindre ma maison je n’étais plus moi-même. Je me retrouvais victime de mon manque de motivation, mon manque d’endurance et mon manque de maîtrise. Alors quand la stratégie a été mise en place et que ma fatigue s’est tout de suite estompée, j’ai compris qu’à force de me dire que cette épreuve m’était insurmontable je l’avais rendue insurmontable. Finalement le fait de penser à autre chose (mes chaussures, ma musique, ma gourmandise par exemple) a comme fait des interférences et ainsi j’ai eu un sentiment de contrôle de mon activité.

FlowD2 : La perception altérée du temps

On est tous d’accord pour dire qu’on a une perception altérée du temps quand on est dans un état dynamique de bien-être, de plénitude, de joie, d’implication totale. Forcément je n’aurais jamais pensé que j’atteindrais ce sentiment en montant 75 marches. Pourtant comme décrit dans mon journal de bord, très rapidement je me suis retrouvée devant ma porte sans m’en rendre compte et ainsi perdre cette fameuse notion du temps. Dans un état de concentration total j’étais complètement absorbée. Pendant mes montées désormais le temps suspend son vol, j’oublie totalement tout ce qui peut se trouver autour de moi. Quand dans le passé j’avais l’impression de passer des heures sur cet escalier et évitais à tout prix d’y passer, après l’expérience ce fut tout l’inverse.

FlowD3 : L’absence de préoccupation à propos du soi

En relisant cette troisième dimension du Flow, je comprends que les tâches tournées sur le stimuli “Toucher” aurait forcément été un échec. Pour une absence de préoccupation à propos du soi rien ne servait de me concentrer sur mon corps qui nuit à l’immersion ou la concentration totale dans ces dites tâches. En écoutant ma musique, en regardant mes souliers, en imaginant le thé et la gourmandise qui allaient mettre mes papilles en éveil j’ai clairement eu un sentiment de contrôle de l’interaction.

FlowD4 : Le sentiment de bien-être

Je pense avoir été claire : monter ces 75 marches a été agréable pendant les trois quarts du temps de la stratégie et en totalité à la fin. La dernière dimension de l’expérience est complètement acquise. Entre la concentration, le contrôle, l’enjeu, la curiosité, mon état était aussi dans l’euphorie et le bien-être. Barth a d’ailleurs écrit en 1993 « La combinaison de ces éléments se traduit par un si gratifiant sentiment de profond bien-être que le seul fait de pouvoir le ressentir justifie une grande dépense d’énergie ». C’est exactement ce que j’ai ressenti. Ce sentiment crée alors une harmonie dans mon état de conscience et renforce ma structure. Comme le plaisir est intensifié, la convivialité aussi. Alors qu’avant j’étais à la traîne derrière mon mari, mes amis et mes voisins désormais ces quelques minutes sont devenues un moment de partage nouveau et utile.
[—TOC Heading:CHAPITRE V : L’EXTRAPOLATION—]

CHAPITRE V : L’EXTRAPOLATION

[—TOC Heading:

  • A.Le transfert d’activité

—]

A.Le transfert d’activité

La première question qu’on se pose à ce stade est sur quelles autres activités je peux transférer ce retour d’expérience. Le Flow de Csikszentmihalyi a en effet de nombreux travaux dans le domaine sportif certes, mais aussi celui du travail ou des études. Comme exposé en introduction, en état de Flow, le sportif a le pouvoir de réaliser sa performance dans des conditions extrêmement favorables regroupant la concentration, l’automatisation des gestes, le plaisir, la sensation d’équilibre entre le défi et ses habiletés (finalement presque tout ce que je vous ai décrit dans mon retour d’expérience). Mais ce n’est pas tout, un nombre grandissant de recherches s’intéresse à l’étude du Flow en contexte éducatif. Par exemple on a pu observer des « hyperconnectants » enthousiastes capables de catalyser une dynamique collective positive en donnant l’impression qu’ils le faisaient sans revendication ou attente de gratification particulière : comme s’il le faisait juste pour le plaisir (étude de Heutte, 2010) ! Inutile de se demander quel est le « carburant » de ces personnes je suis de celles-ci. 
La preuve : une tasse de thé et des brioches ont rendu l’unique activité quotidienne éprouvante de ma vie en expérience flux !
Si aujourd’hui je n’ai pas d’idées précises quant au transfert d’activité possible j’ai conscience que si je suis face à une chose que je n’ai pas envie de faire j’engendrerai toujours ce retour d’expérience.
[—TOC Heading:

  • B.La personnalité autotélique dans l’expérience flux

—]

B.La personnalité autotélique dans l’expérience flux

Dans son livre Vivre, Mihaly Csikszentmihalyi consacre un chapitre sur la personnalité autotélique. « Autotélique » est un mot composé de deux racines grecques : autos (soi-même) et telos (but) ; une activité est autotélique lorsqu’elle est entreprise sans autre but qu’elle-même.

Exemple :
Si j’étudie pour le simple fait d’étudier, c’est une expérience autotélique.
Si j’étudie pour avoir une bonne note, pour obtenir quelque chose : c’est une expérience “exotélique”, c’est-à-dire motivée par un but extérieur.

Appliqué à une personnalité, on considère qu’un individu est autotélique lorsqu’il agit pour lui-même et non pour atteindre un quelconque objectif extérieur. Une personne qui ne s’ennuie pas, n’est pas anxieuse, s’engage dans ce qu’elle fait et connait l’expérience optimale est alors une personne qui possède un soi autotélique. Cela signifie que les buts de cette personne proviennent non pas d’une pression extérieure (sociale, professionnelle,…) ou biologique mais émergent du soi.

On développe alors le soi-autotélique en :

• se donnant des buts (première condition à l’expérience optimale),
• s’immergeant dans l’activité,
• portant attention à ce qui se passe et en
• apprenant à profiter de l’expérience immédiate.

Selon ces études, Csikszentmihalyi observe que la façon d’employer son temps est une dimension importante de la personnalité autotélique. Distractions et loisirs n’offrent que peu de défis. L’expérience de flow nait lorsque les individus apprennent à s’investir dans des activités plus exigeantes telles le travail intellectuel et les loisirs actifs, d’où l’intérêt de choisir des activités contraignantes.

« Avec l’activité autotélique (l’expérience optimale), la vie passe à un autre niveau. L’aliénation fait place à l’engagement, l’enchantement remplace l’ennui ; le sentiment de résignation est chassé par le sentiment de contrôle, l’énergie psychique n’est pas orientée vers la poursuite de récompenses externes mais utilisée de façon à favoriser l’épanouissement du soi ». Lorsque qu’une personne est capable d’affronter la vie avec un enthousiasme tel qu’elle s’implique dans ce qu’elle fait avec une grande ferveur, on peut dire d’elle que c’est une personnalité autotélique. Les travaux de Csikszentmihalyi portent d’ailleurs sur ces personnalités, ces expériences autotéliques, mais lui et son équipe ont préféré utiliser un terme moins précis et moins scientifique comme le Flow afin de favoriser sa diffusion.
[—TOC Heading:CONCLUSION—]

CONCLUSION

Quand il y a deux mois j’ai commencé cette expérience flux je n’étais absolument pas optimiste. Rappelez-vous : durant 30 ans le sport et moi avons toujours fait 3 ! Forcément l’idée de rendre cette montée de 75 escaliers positive et non éprouvante m’a toujours paru utopiste. Mais désormais c’est bel et bien devenu réalité.

« Voilà ce que nous entendons par expérience optimale. C’est ce que ressent le navigateur quand le vent fouette son visage… C’est le sentiment d’un parent au premier sourire de son enfant. Pareilles expériences intenses ne surviennent pas seulement lorsque les conditions externes sont favorables. Des survivants de camp de concentration se rappellent avoir vécu de riches et intenses expériences intérieures en réaction à des évènements aussi simples que le chant d’un oiseau […]. Ces grands moments de la vie surviennent quand le corps ou l’esprit sont utilisés jusqu’à leurs limites dans un effort volontaire en vue de réaliser quelque chose de difficile et d’important. L’expérience optimale est donc quelque chose que l’on peut provoquer… Pour chacun, il y a des milliers de possibilités ou de défis susceptibles de favoriser le développement de soi par l’expérience optimale. »
Depuis la fin de mon expérience je comprends alors cet extrait de la théorisation originelle de Csikszentmihalyi de 1990 et me reconnaît dans la personnalité autotélique qu’il décrit. Il m’a donc paru important de la partager avec vous pour conclure cette étude.

Le monde ne serait-il pas plus sain si nous faisions tous nos actes quotidiens avec tels plaisir et motivation ? La personnalité autotélique qui a donc des prédispositions au bonheur et réussit à trouver l’enchantement là ou d’autres s’ennuient n’est-elle pas celle que nous devrions tous apprendre à développer ?
Puisque l’expérience Flow nous rend capable d’oublier les aspects déplaisants de notre vie, nos frustrations ou nos préoccupations…
Puisque l’expérience Flow exige une concentration totale de l’attention sur la tâche en cours, de sorte qu’il n’y a plus de place pour la distraction…
Puisque l’expérience Flow entraîne des conséquences très importantes : meilleure performance, créativité, développement des capacités, estime de soi et réduction du stress… Je vous dis à nous le flux !

Ménage, trajets fastidieux, courses, travail, devoirs, enfants, cuisine, gérer son administratif, faire du sport, entamer un régime… la seule limite d’activités où on peut transférer ce retour d’expérience est finalement celle de notre imagination. ALORS VOUS VOUS METTEZ QUAND AU FLUX ?
[—TOC Heading: BIBLIOGRAPHIE—]

BIBLIOGRAPHIE

Mihaly Csikszentmihalyi, Vivre. La psychologie du bonheur. Robert Laffont, Paris, 1994
Mihaly Csikszentmihalyi, Mieux vivre : en maîtrisant votre énergie psychique traduction française de Finding Flow. Éditions Robert Laffont, Paris, 2005
Mihaly Csikszentmihalyi, Flow: The psychology of optimal experience. Harper & Row, NYC, 1990
Mihaly Csikszentmihalyi, La créativité. Psychologie de la découverte et de l’invention. Éditions Robert Laffont, Paris, 2006
Annemarie Lesage et Tomás Dorta, Au-delà de l’utilisabilité : L’autotélie, Site internet de l’École de design industriel, Montréal, 2008

Photos by LovaLinda & Stuck in the Moment

Et maintenant, les commentaires !

PREV

La coupure de printemps

NEXT

L'humeur avant bébé

WRITTEN BY:

<p>Lovalinda c’est moi Linda une globe-trotter, qui depuis le 1er août 2011 met en ligne ici son bloc-note mode et beauté, son carnet de cuisine et le journal de ses voyages et sorties. Des passions qui vous veulent du bien !</p>

  • Luckylex
    REPLY

    J’adore cet article….. Je pourrais appliquer le flow pour combattre deux ou trois trucs….affaire à suivre

    11/05/2014
  • Superbe article Linda
    J’aime bcp
    Si tu pouvais en écrire plus dans ce style ce serait cool: ni trop mode ni trop cuisine.

    12/07/2014

LEAVE A COMMENT