Search

La motivation de poids

Home  |  Beaute   |  Conseils beaute   |  La motivation de poids

La motivation de poids

Je ne me pèse jamais. Depuis toujours. À vrai dire mes vêtements ont toujours eu ce rôle d’audit et de contrôleur des variations de mon poids. Alors c’est sur que quand durant 30 ans on oscille entre les tailles 34 et 36 c’est facile de ne pas prêter attention à ce qu’on mange et surtout de ne pas calculer le nombre de kilos qu’on porte. En plus j’ai toujours fait partie du clan des maigres, pourtant j’ai toujours été une gourmande, une goinfre, une fille qui ne se refuse rien. La connasse qui mange deux fois plus que tout le monde mais ne grossit pas. Par ailleurs, (et je pense que c’est une question d’éducation) je mange de tout. Tout. Tout. Tout. J’aime à la folie tous les fruits, tous les légumes, toutes les viandes, tous les produits laitiers… Bref tout. J’ai la chance de n’être allergique à rien et j’avais beau manger trois tonnes, avant mes 30 ans je ne prenais donc pas un gramme. Et puis il y a donc eu ce fameux cap de la trentaine ajouté à l’amour (c’était pas trop tôt je sais), la vie à deux (une grande première) et là, plus le temps avançait moins je rentrais dans mes vêtements. Je suis passée de l’éternelle célibatante maigrelette toujours en mouvement à la femme sédentaire, comblée, bien en chair, toute en formes et jolies rondeurs. D’un 34 je suis passée au 38-40 en fonction des marques.

La motivation de poids | Lovalinda x Photo ELLE

Alors que je n’avais jamais dépassé les 50kg, la visite médicale fut claire : en 2010 je suis montée précisément à 58kg. Rien d’affolant pour ma taille pourtant j’ai investi dans une balance. Alors est-ce la cause ou le hasard mais la grimpée n’a pas cessé et c’est en août dernier, en rentrant de mon road trip aux États-Unis que mon poids a atteint son apogée : 75kg. Ne me demandez ni comment ni pourquoi j’ai pu en 3 ans prendre 17kg puisque je n’en n’ai aucune idée. J’imagine qu’en arrêtant de travailler pour une entreprise capitaliste et en étant donc moins stressée par ses objectifs et ses dysfonctionnements le corps élimine moins vite, ou dans mon cas plus du tout. Pourtant je n’ai jamais été plus inquiète que ça. De toutes façons fervente consommatrice de mode j’ai juste accepté d’investir dans du 40-42 et des tailles “Large”…

La motivation de poids | Lovalinda x Photo ELLE 111013
Mais tout ça c’est du passé ! En effet, presque un an après mon voyage sur la côte ouest américaine ma balance affiche 60kg. En 9 mois j’ai donc perdu 15kg et je re-rentre dans du 38 (et même le 38 de Zara s’il vous plait). Comment ? Pourquoi ? Je n’ai là encore aucune réponse formelle puisque je n’ai fait ni régime ni sport ni opération chirurgicale. Rien. Enfin pas tout à fait. Depuis plusieurs semaines maintenant mon mari et moi avons repris une alimentation saine. Voici alors nos règles d’or santé (minceur) qu’on essaye à tout prix de respecter.

Règle 1 : Remettre sa pendule interne à l’heure en faisant trois repas équilibrés par jour. Mais attention, on se met toujours à table avec la faim au ventre. Il n’y a en effet pas de raison de manger si l’appétit n’est pas au rendez-vous.

Règle 2 : Savourer chaque repas (petit-déjeuner, déjeuner, goûter et diner) comme un cérémonial, en privilégiant les sensations et en prenant son temps. Il n’est plus question de malbouffe debout ou à manger à vitesse grand V, non ! Même pour une part de flan ou une pomme on s’assoit afin de déguster avec des couverts, une présentation dans l’assiette et on se fait ainsi une vraie pause, en se relaxant afin que nos papilles fassent le plein de bonheur salé et/ou sucré.

Règle 3 : Favoriser les protéines (viande, poisson, œufs, laitages, protéines végétales) qui sont très rassasiantes et préservent la masse musculaire. Attention on limite tout de même la viande rouge et celles qui sont grasses (côte d’agneau, entrecôte…), on privilégie alors le poulet, le poisson et les légumineuses (lentilles, quinoa, haricots rouges, pois chiches…) qu’on évite de mélanger à de la viande (qu’on associe elle plutôt avec des céréales et des légumes).

Règle 4 : Bannir le grignotage en favorisant pendant les repas les féculents de préférence complets ou des légumes secs, riches en magnésium et en glucides à diffusion lente.

Règle 5 : Mettre plus d’omégas 3 dans nos menus. Huile d’olive, huile de colza, huile de noix, fruits oléagineux, petits poissons gras (saumon, thon, sardine, maquereau) sont riches en bons acides gras dont on connait les effets favorables sur la bonne humeur, sur le destockage des graisses abdominales (=moins de ventre). En plus les bons acides gras permettent de mieux résister au stress et aux variations émotionnelles (=moins d’impulsivité et l’envie de se venger sur le pot de Nutella).

Règle 6 : Laisser une belle place aux fruits et légumes de saison avec toujours une crudité par repas pour couvrir nos besoins en vitamine C, essentielle pour garder la forme et booster le système immunitaire. Par ailleurs les fruits et légumes sont riches en fibres et donc améliorent la digestion.

Règle 7 : Penser à bien s’hydrater avec 1,5l d’eau nature par jour, mais également des infusions ou du thé sans sucre.

Voilà c’est tout ! Finalement la motivation de poids ne vaut que si elle est liée au plaisir non ?! Et vous avez-vous d’autres règles ? Et quand vos kilos jouent au yoyo vous avez d’autres solutions ? Vos remarques sont toujours les bienvenues.

Règles d’or via Perfect Beauty, Biba & Grazia | Photos by GmaOnline & Elle

Et maintenant, les commentaires !

PREV

Les Happy Beauty Hours

NEXT

L'épilation au fil (chez Events'Story)

WRITTEN BY:

Lovalinda c'est moi Linda une globe-trotter, qui depuis le 1er août 2011 met en ligne ici son bloc-note mode et beauté, son carnet de cuisine et le journal de ses voyages et sorties. Des passions qui vous veulent du bien !

  • HL
    REPLY

    En + grande “galère” de poids que toi, j’ai commencé par ces mêmes “règles” et pour l’instant ça porte ses fruits… Réapprendre à se poser pour déguster, sentir la “vraie” sensation de faim, être moins dans l’automatisme, écouter son corps, je pense que c’est important avant d’entamer d’autres démarches. Bon, y’a encore du boulot de mon côté côté diversification alimentaire et consommation de fruits et légumes… mais je m’accroche ! :-)

    12/06/2014
  • Anissa
    REPLY

    Ah Cette chère balance.

    Tout comme toi, j’étais une maigre. Je pouvais avaler tout et n’importe quoi et surtout n’importe comment sans jamais mais jamais ne prendre 1 gramme. Le bonheur?
    Pas pour moi! J’ai toujours fait une fixette sur mon poids. Je me trouvais bien trop maigre. Alors bien sur tant que j’étais gymnaste être maigre était une vraie qualité et j avais plein de chance donc je la fermais parce que sur le praticable franchement c’était ce qu il fallait pour espérer en boucher un coin aux juges et monter sur le podium (en plus de l exercice sportif Of course).

    Mais quand même. Moi aussi je voulais des poignées d amour, moi aussi je voulais des cuisses de poulet, moi aussi je voulais être bonne en chair! C est comme ça j ai toujours kiffe les bonnes en chair.

    Arrivée à Londres je suis passée du 34 au 40 en un rien de temps et j étais presque trop heureuse! Je dis presque car je me rendais trop compte que je mangeais vraiment pas bien et je faisais du mal à mon corps. Trop gras, trop salé, trop sucré.

    Bref, je me fatigue déjà avec mon histoire donc je coupe un peu et fonce vers la conclusion.

    Aujourd hui je me suis stabilisé sans trop faire exprès. Je suis un happy 38, je mange sainement et surtout je mange heureuse. Je me reconnais quand tu écris à propos de prendre du vrai bon temps pour manger, manger des fruits et légumes de saison, manger réfléchi.

    Je mange avec amour et ca c est un vrai bonheur!

    Ah cette balance. Quelle connasse quand meme.

    13/06/2014

LEAVE A COMMENT